Tesco expérimente l’hypermarché du futur avec une interface en 3D

Tesco expérimente l’hypermarché du futur avec une interface en 3D

de Frédéric Cavazza

Vous ne connaissez peut-être pas la chaine de distribution Tesco, originaire d’Angleterre, mais vous avez sans aucun doute déjà entendu parlé de cette expérimentation un peu folle dans le métro de Séoul où les usagers font leur course en prenant en photo les produits affichés au mur. Au final, une expérience pas si folle, car elle a été récupérée par un grand acteur de la distribution en France : Carrefour lance deux magasins virtuels. Je ne suis pas particulièrement fan de la stratégie du suiveur réactif, mais cette expérience permet d’en savoir un peu plus sur la façon dont les clients appréhendent et exploitent les NTIC.

Toujours dans cette logique d’expérimentation, Tesco est en train de tester un concept particulièrement innovant d’hypermarché en 3D : Tesco nears ‘dream’ of 3D ecommerce offering. L’idée est d’aspirer les catalogues de différents marchands et de créer un environnement 3D immersif dans lequel l’utilisateur s’immergera grâce à une TV connectée et le dispositif Kinect de la XBox.

Fenêtre externe

Vous pourriez me dire qu’il existe déjà de nombreux concepts de magasins 3D, comme ceux proposés par Auchan ou par Sony, mais celui-ci se différencie par la volonté de proposer une interface beaucoup plus réaliste (grâce à la captation de mouvements) et des rayons personnalisés en fonction de l’historique d’achat des clients. L’interface est die “naturelle”, car il suffit de tourner la tête ou le buste pour parcourir les linéaires, de se pencher pour zoomer et de pointer du doigt un produit pour l’acheter.

Le concept d’hypermarché 3D de Tesco

La technologie, baptisée Store Trek, est développée par l’agence Keytree et me laisse tout de même très sceptique. Pour que l’expérience soit concluante, il faut dans un premier temps être équipé du matériel requis (smart TV + Xbox), et dans un deuxième temps, obtenir l’autorisation des différents marchands pour accéder à leur catalogue et l’historique d’achat via des APIs. Autant vous dire que ça fait beaucoup (trop) de conditions. Nous devrions en savoir plus le 25 octobre prochain lors de la conférence IAB Engage où les représentants de Tesco feront une démonstration détaillée.

Je suis par contre beaucoup plus intrigué par le principe de dark stores mis en place en Angleterre : Tesco to build national network of online-only dark stores. Ces magasins cachés (littéralement) servent ainsi de point de distribution de proximité pour les clients de la boutique en ligne qui veulent trouver des produits en particulier, mais ne souhaitent pas de déplacer dans les hypermarchés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s